La chou-fleur sème... les idées germent.

01 octobre 2016

Carnets de moisson : variations épicées sur quetsches

Cette année, j’ai accroché sur les quetsches. Ce fruit pas très sucré à la base m’a permis de me rattraper sur les confitures en retard. À la fin d’été, un couple de clients adorables nous a offert un pot de confitures de prunes à la sauge…..à la sauge ? Oui ! Cela a intrigué mes papilles et lorsque j’ai gouté…ouhaaaa…c’était surprenant et délicieux !

La sauge donne un gout très épicé, un brin oriental, à la prune. Très « chic » comme confiture je trouvais. Ni une, ni deux, j’étais bien contente de trouver une utilisation à mon pied de sauge qui grossit bien.

Alors, je me suis amusée à faire un essai de confiture de quetsches à la sauge et une autre aux 4 épices.

Voici la recette de confiture épicée aux quetsches ou à la sauge fraiche :

Dénoyautez les fruits, pesez les, les mettre dans une casserole avec le même poids de sucre. Si vous choisissez la sauge, ajouter les feuilles de sauge préalablement rincées à l’eau en début de cuisson. J’en ai mis une bonne poignée. Cuire à feu vif. Si vous choisissez le 4 épices, ajouter les épices en fin de cuisson plutôt. J’ai dosé 1 càc pour 1 Kg de mélange fruit-sucre environ. Cuire jusqu’à obtenir un sirop à la nappe. Retirez si vous le voulez les feuilles de sauge avant de mettre en pots. Puis mettre en pots stérilisés.

Et puis pour finir le panier, j’ai lancé une compote quetsches – raisins- framboise- 4 épices……super avec des petits biscuits et un café !

Les feuilles de sauge ont un charme subtil, digne d’une gravure art déco.

 Mais dites moi....c'est l'heure du gouter je crois?

Posté par LACHOUXFLEUR à 16:42 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

30 septembre 2016

Le rêve américain et mes insomnies (9): Groenland Manhattan - Chloé Cruchaudet

Dans ma pile de BD dégottées à la bibliothèque, il y avait celle-ci, lue en une journée. L'histoire émouvante d'un jeune esquimau, emmené sans son avis avec sa famille à New York à la fin du 20ème siècle. J'ai adoré le dessin, les couleurs douces, l'histoire qui peut complètement entrer dans notre actualité (déracinement forcé) et l'aspect historique expliqué à la fin du livre. On y découvre l'envers du décors des sciences humaines à la fin du 20ème siècle....à la fois incroyable et écoeurant.

Afficher l'image d'origine

Belle fin de semaine à vous!

Posté par LACHOUXFLEUR à 11:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
23 septembre 2016

Carnets de moisson: La tarte salée aux légumes d’été

La tarte salée, c’est un de mes trucs fétiches. Surtout depuis que j'ai appris à faire la pâte moi même. J’aime improviser totalement selon les saisons et ce que j’ai sous la main !

En générale, j’ai toujours la même base : la pâte à tarte brisée. Depuis que j'ai trouver cette base, je n'achète plus de pate préparée. C’est en réalité la même que ma tarte au fruit, mais j’ajoute souvent des épices comme du cumin, ou bien des herbes, un brin d’huile d’olive, des graines différentes.

La pâte brisée (ma recette):

  • 250g de farine
  • ½ càc de sel
  • 100g de beurre
  • 1 œuf battu
  • 1 à 2 càs d’eau.

 Préparer la pâte à tarte en mélangeant tous les ingrédients au robot puis en abaissant la pâte sur une plaque. J'utilise ici une grande plaue rectagulaire on peut la faire dans un moule à tarte aussi.

Préparer ensuite vos légumes : tomates, poivrons, courgettes. Émincez les très fin. Disposer les sur l’abaisse de pate par couches. 

Je verse ensuite dessus un espèce de mélange qui fais office d’appareil afin de lier le tout. Ainsi, je mixe ensemble, toujours selon l’envie : quelques tomates, de l’ail, un poivron, des herbes de Provence, sel, poivre, un peu de crème ou de yaourt ou de moutarde ou de purée d'amande, de l’huile d’olive, un filet de shoyu….

Je verse le mélange sur les légumes, parfois, j’ajoute du fromage râpé ou du fromage de chèvre et je saupoudre de graine de sésame. Quelques branches de romarin. Et hop au four à 180°C.

A déguster avec une belle salade verte bien assaisonée, des crudités en mélanges, des carottes rapées.....miam miam!

Bon appétit!

Posté par LACHOUXFLEUR à 09:29 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :
20 septembre 2016

Actions-sensations: la fin d'été 2016.

Après la fournaise de l’été, sa fin se ressent, les matins frais, les rosées abondantes, les pommes tombées, les levés de soleil tardifs sont un prémice à l’automne.

Le mois d’aout fut tout aussi intense en travail que juillet, fin de moisson, triage de semence, chantier de construction, fanage, suivi des demoiselles qui grandissent... sans arrêter pour autant de faire le pain toutes les semaines.

 

Les visites d’amis, quelques bonheurs en cuisine et avec les animaux m’ont fait étinceler le quotidien. De la fatigue et de la douceur nous liaient avec mon amoureux.

 

Les matins au soleil, ces dames attendent le grain.

Je me félicitais intérieurement de ce travail, plutôt pas trop mal fait et que nous arrivions à gérer du mieux possible et tant bien que mal (faut bien s’auto-féliciter un peu tout de même). Nous avancions, pas à pas, en apprenant chaque semaine des choses nouvelles ….

Un délice improvisé : fruits d’été émincés (pêche, figue, framboises du jardin),

amandes effilées, coulis de framboise et chantilly à la framboise du jardin.

Et puis une nuit, il y a eu un appel.

….et cette lueur irréelle, au loin dans la nuit.

Le brasier.

Immense.

La destruction.

Après l’excitation de la construction…il y a eu la destruction. La désolation.

Les 2 semaines qui ont suivis n’ont été que coup de fil et coup de pression.

J’ai compris le sens de certaines phrases : y a pas le feu au lac… ça sent le roussi… tout est parti en fumée… et j’en passe.

Un des bâtiments neufs, tout le fourrage de l’année, du grain et plus encore….

4 mois de travail partis en fumée

4 mois de travail à recommencer.

 

Le chantier que nous tenions à garder « propret », sans déchet, est devenu un bordel noir de cendres.

Avançons, continuons, sans faillir ni faiblir, sans tomber.

…  

 Alors…

… il a fallu se blinder pour avancer.

Allez, on recommence à faire du foin pour sauver la mise. Trouver du foin pour l’année, trouver du grain pour remplacer….

Parfois, le gout salé roule sur les joues, les émotions sont dures à retenir lorsque la fatigue nous guette.

Et puis, lors d’une soirée de portes ouvertes à la ferme (que j’avais organisée en grande partie pour fêter notre premier anniversaire de vente à la ferme), le monde inattendu, les mots gentils, les amis… nous ont fait du bien.

Pour autant, en vrac, quelques plaisirs de cette fin d’été :

 

J’ai apprécié les capucines de mon jardin et les fleurs d’automne. Après avoir semé trois fois un parterre, seules les capucines s’en sont sorties, courageuses, et donnent un effet très art-déco au jardin.

J’ai commencé une robe en lin lumineuse…un peu trop tard pour en profiter cet été.

J’ai refait des confitures…..inattendues!

La petite fille en moi s’est réveillée devant des papillons, un miracle de la nature, si joliment créé.

 

Les asters et sédum…recouvertes de papillon : vulcain, paon du jour….

Posté par LACHOUXFLEUR à 15:03 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : ,
14 septembre 2016

Carnets de moissons: Tarte aux prunes de fin d’été

La tarte aux prunes…comment dire….c’est un pécher ? Un pécher exquis !!!!

Cette recette de tarte aux prunes me vient de ma grande tante. Elle dévoile rarement c’est secret. En général il faut lui quemander plusieurs fois, elle donne sa recette… mais elle oublie toujours un petit quelque chose qui fait que la nôtre n’est pas tout à fait comme la sienne ! Bref, au bout de 3 ou 4 fois à essayer et à la questionner, on a la recette complète! Bon, j’ai eu la chance d’obtenir la recette de son appareil à tarte, mais pas de sa pâte brisée…on ne peut pas tout avoir, celle-ci est donc la mienne.

Je vous la donne d’un seul coup, pour ne pas vous gâcher le plaisir...

Ingrédients :

La pâte brisée (ma recette):

  • 250g de farine
  • ½ càc de sel
  • 100g de beurre
  • 1 œuf battu
  • 1 à 2 càs d’eau.

Je ne m’en fais pas et je mélange tous les ingrédients au robot. Au besoin, je la fais refroidir en boule au frigo un peu puis l’étale dans un moule beurré. Abaissez la pâte dans un moule à tarte assez haut puis disposer les fruits entiers dans le plat. J’utilise cette recette pour toutes les prunes, mirabelles, quetsches et autres fruits à noyaux. Là, j’utilise des mirabelles (achetées...).

L’appareil (de ma tante):

  • ½ verre de sucre
  • 1 sucre vanillée (je mets de la vanille en poudre)
  • 1 œuf
  • 1 c à s de farine
  • 2 c à s crème fraiche
  • 1 c à s lait

Mélanger tous les ingrédients dans un bol puis verser sur les fruits et enfourner à 180°C. À mi-cuisson, saupoudrer de sucre.

Ne tardez pas à la tenter, la saison des prunes va vite finir…..

Bon appétit !

Posté par LACHOUXFLEUR à 16:06 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

12 septembre 2016

Dans le regard...(la récompense) (3)

Pour vérifier que mes demoiselles poussent bien comme il faut, je fait des pesées régulières. C’est l’occasion de m’auto féliciter un peu car en général, je suis surprise de leur croissance. Mes biquettes sont bien belles et bien grandes maintenant. Après 7 mois à les élever, j’ai peine à me souvenir d’elles si petites et si fragiles.

Ma Mouchette si belle, si gracieuse et si curieuse, est toujours au rendez-vous pour les caresses, les gratounes, le câlin, les papounes…..l'affection dans ses yeux.

Posté par LACHOUXFLEUR à 14:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
11 septembre 2016

Le rêve américain et mes insomnies (8) : Le gang de la clé à molette - Edward Abbey

Ce gros pavé m’a tenu en haleine tout l’été. Lu par paquet certaines nuits, l’écriture d’Edward Abbey mi cinglante, mi contemplative m’a accroché dès le début.

Le petit résumé de ce livre par Babelio pour vous allécher :

« Révoltés de voir le somptueux désert de l'Ouest défiguré par les grandes firmes industrielles, quatre insoumis décident d'entrer en lutte contre la "Machine". Un vétéran du Vietnam accroc à la bière et aux armes à feu, un chirurgien incendiaire entre deux âges, sa superbe maîtresse et un mormon nostalgique et polygame commencent à détruire ponts, routes et voies ferrées qui balafrent le désert. Armés de simples clefs à molette - et de dynamite - nos héros écologistes vont devoir affronter les représentants de l'ordre et de la morale lancés à leur poursuite. Commence alors une longue traque dans le désert. 

Dénonciation cinglante du monde industriel moderne, hommage appuyé à la nature sauvage et hymne à la désobéissance civile, ce livre subversif à la verve tragi-comique sans égale est le grand roman épique de l'Ouest américain. »

Je me suis dit après coup que pour apprécier d’autant plus ce genre de livre, il faudrait étudier en parallèle une carte géographique afin de traverser le désert qui semble si magnifique avec les personnages.

 

À lire sans modération pour se donner des envies de résistance.

 

Posté par LACHOUXFLEUR à 21:01 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
27 août 2016

Carnets de moisson : gâteau aux quetsches

Trouver des fruits de saisons et locaux en Haute Normandie en été, c’est comme chercher une aiguille dans une botte de foin. (À vrai dire, je n’ai jamais compris pourquoi chercher une aiguille dans une botte de foin ?).

Les prunes et les cerises, lorsqu’elles arrivent à maturité (je précise bien) se font souvent dévorer par les vers ou les oiseaux derrière notre dos.

 

Lorsqu’on surveille bien les quetsches avec Lucky, on est content d’en trouver une petite poignée. Et Hop, une petite compote ou un gâteau. La compote j’ai rien à en dire, à part que je l’aime un peu épicée. Le gâteau, je vous propose le mien ?

Je suis abonnée aux recettes faciles et rapides, sans pour autant qu’elles soient inintéressantes. Je tourne toujours un peu à ma sauce les recettes de base en rajoutant des petites choses (épices, amandes, flocons…). Les recettes qui fleurissent sur Internet et qui demandent de multiples ingrédients tel que lait de riz ou amande, huile de coco, agar agar, graines de chia, caroube…. ne me séduisent pas vraiment. Ces ingrédients ne se trouvent jamais dans mon placard au moment voulu et coutent un bras.

Le gâteau au muscat est un de mes gâteaux de base. Cuisiné en moins de 10 minutes, je l’ai ici arrangé avec des quetsches, tout simplement. Voici la recette :

  • 250g de farine
  • 175g de beurre mou
  • 175g de sucre blond
  • 3 œufs
  • 2 càc de levure chimique
  • 1 càs et demi de muscat (ou vin blanc, moi je ne mesure pas et en met un bonne lichette)

Mélangez le beurre et le sucre jusqu’à ce que le mélange blanchisse. Ajouter le reste des ingrédients en terminant par les œufs. Disposer dans un moule beurré et cuire à 180°C. Pour ma part, je fais tout au mixer. J’ai donc juste ajouté dans le fond du moule les fruits coupés en deux saupoudrés de sucre.

 

Faire un gâteau est un plaisir, car j’utilise nos œufs et notre farine de la ferme….alors quand les fruits aussi sont du jardin….

 

Notez que je n'ai pas d'ingrédient farfelu dans mon placard...mais toujours une lichette de vin blanc dans le frigo...que dois-je en conclure?

Bel été fruité!!

Posté par LACHOUXFLEUR à 12:46 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
20 août 2016

Biodiversité et agriculture, l’utopie ? (2)

Nous avons converties nos terres à l’agriculture biologique à l’automne 2014. Pendant les quelques mois suivants, en suivant évolution de nos champs et nos cultures, je m’interrogeais sur la réalité possible de l’équilibre biodiversité -  agriculture comme je l’avais écrit ICI.

 Après presque 2 ans maintenant et suite à notre 2ème récolte, je m’interroge toujours mais avec un regard ébahi sur la nature et sa capacité à rebondir.

 

Coccinnelle, voeux de malheur pour les pucerons!

Les insectes et petits ravageurs

Lors de plusieurs « tours de plaines » dans nos champs, j‘étais abasourdie devant la diversité et le nombre  d’insectes dans nos champs. À chaque pas dans les cultures et en particulier la luzerne, il y avait au moins une coccinelle visible. La diversité d’araignée, de papillons,  de punaises, de carabes m’a vraiment scotché. Les tours de plaines sont maintenant une séance d’observation entomologique récréative.

Pucerons, limaces, ce sont des ravageurs que les agriculteurs conventionnels combattent chaque année à grand renfort de produit. Nous n’en mettons jamais. Les limaces ne sont jamais un problème et les pucerons sont totalement régulés naturellement. La nature s’autorégule rapidement apparemment.

Je parle de biodiversité visible, mais l’invisible, doit évoluer tout autant j’imagine: la biodiversité du sol, les « fongi » doivent changer en même temps, du fait de l’absence de produit phytosanitaire. 

 

Une inconnue en habit de lumière, strass et paillettes.

Depuis le semis de luzerne en aout 2014, la culture s’est fait envahir par des mulots. Ce qui est très gênant car les mulots creusent des galeries, mangent la végétation et les racines de la plante et font diminuer ainsi le rendement et la durée de vie de la culture. Ceux-ci ont commencé à prendre place dans la prairie depuis.

Méga punaise sur méga feuille de rumex (une mauvaise herbe très génante).

Notre technicienne bio du groupe d’agriculteurs bio auquel nous adhérons est venue voir la luzerne et était tout aussi démunie que nous. Aucune solution ne pouvait être mise en place pour réguler les mulots et limiter l’invasion… à part : mettre des piquets de bois pour faire venir les rapaces, prédateurs des mulots et favoriser la régulation naturelle de ces bestioles.

Nous avons donc posé des piquets de bois et lors de nos ballades cet hiver dans les champs, il s’avérait que les rapaces venaient régulièrement aux vues de pelotes de réjections qui gisait aux pieds des piquets de bois. Nous observons d’ailleurs souvent un busard Saint martin, un rapace un peu plus rare que les courantes buses et éperviers.

De plus, depuis plusieurs mois des hérons ont commencé à faire leurs emplettes dans notre prairie et manger les mulots. Je suis surprise de leur arrivée massive et rapide et contente que finalement cela permette une régulation naturelle.

Combat d’araignée ….attention !

biodiversité végétale : variétés, diversité, mauvaises ou bonnes herbes.

La biodiversité est aussi végétale. Après plus de 30 ans en agriculture conventionnelle, les mauvaises herbes ont bien sur refait leur apparition dans nos champs. Nous les gérons en désherbant mécaniquement nos cultures. Mais, moi, qui n’ai jamais vu de coquelicot dans un champ de mon père, la vitesse de réappropriation de ces mauvaises herbes dans nos cultures me bluffe ! Et à cette récolte, j’ai d’ailleurs vu quelques bleuets, une flore messicole qui a quasiment disparue.

Depuis un an et demi, j’ai pris un certain recul en discutant avec d’autres agriculteurs bios. Sans vouloir totalement accepter les mauvaises herbes, ils tentent de les gérer dans leur globalité sur le système de culture et à l’échelle d’une rotation. Ils prennent donc une stratégie sur plusieurs années et agissent chaque année. Ils vont d’ailleurs avoir une action méticuleuse sur les vivaces les plus ennuyeuses telles que les chardons ou les rumex qui envahissent très rapidement les cultures.  Après plusieurs années d’expérience en bio, certains se foutent parfois totalement de certaines mauvaises herbes qui ne sont pas gênantes pour le rendement ou la qualité de la culture. À l’inverse, les agriculteurs conventionnels  ne veulent vraiment plus rien voir dans leurs champs et non aucune acceptation. Cependant j’ai l’impression que l’aspect visuel est très important pour eux. Le champs, doit etre « propre », vous vous souvenez ?

Compagnon blanc et séneçons dans notre luzerne. Après la première coupe de luzerne, il n’y a plus de mauvaises herbes donc il n’y a plus de « soucis » d’envahissement.

Nous parlons de biodiversité innée, mais la biodiversité agricole est tout aussi sérieuse. Alors que sur la même surface, mon papa cultivait uniquement 2 cultures différentes, nous cultivons  pour nous 8 espèces végétales différentes sans compter  la prairie qui est constitué d’un mélanges d’espèces végétales (3 à 4) ni les couverts végétaux semé en été entre 2 cultures (association de 2 à 3 espèces végétales). La terre est donc utilisée par une diversité de plantes et donc de racines qui vont explorer le sol différemment ou favoriser certains insectes.

Les fleurs de féveroles, à l'odeur énivrante...

 

Phacélie  jolie, une espèce végétale très méllifère semée en tant que couvert, entre 2 cultures.

 Le gibier

Nous avons à l’automne dernier aménagé autour de nos champs, le long de nos voisins des bandes enherbées de 4 mètres de larges. Ceci nous prend une certaine surface non cultivée et nous pénalise, cependant nous voulions absolument éviter les contaminations de nos cultures par les pesticides par contact direct ou ruissèlement lorsque nos voisins pulvérisent leurs cultures. Ces bandes enherbées demandent un entretien. Mais je suis contente de les  avoir installés car c’est aussi un refuge en été pour les oiseaux et le gibier. Après la moisson, il n’y a plus aucun refuge, vu le peu de haie dans le coin. J’espère que nous aurons l’énergie bientôt pour planter une haie (près de 1000mètres à planter !).

Et l’effet élevage…

Le retour d’un élevage dans une ferme est aussi apporteur de biodiversité je crois. En effet, les hirondelles reviennent chez nous, du fait de la présence de petites mouches, moustiques autour des animaux. C’est souvent un ballet de dizaines d’hirondelles. Et ces derniers temps, j’ai observé qu’un certain papillon de nuit énorme se cachait dans mes bottes de paille. Je ne l’ai pas encore identifié mais il m’intrigue.

Cette semaine je viens de commencer à lire un livre : Permaculture, de Perrine et Charles Hervé- Gruyer.  Tout juste quelques pages parcourues et une phrase de la préface m’a interpellé : "Il semble que là où la nature est respectée, la vie s’y épanouit avec une énergie décuplée." Je le crois !

Posté par LACHOUXFLEUR à 08:14 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
10 août 2016

Actions sensation : début d’été

En juin, il y a eu 4 jours de repos en duo avec ma maman, un vrai bien-être : de la marche, des siestes, de la lecture, de la bonne nourriture, des mots. Pas d’écran, de téléphone ou d’informations pendant 4 jours.

 

En juillet, je vous la fait simple, nous avons pris soins de nos corps et de nos esprits aussi…d’une autre manière :

  • Mon homme a pratiqué le sauna, pendant 5 jours par 35°C : il a fait de la mini-pelle pour creuser une tranchée de viabilisation de 150m puis la reboucher.
  • J’ai musclé mes biceps, en pelletant du sable ou de la terre…sur 150m de tranchée ou en portant des seaux de blé.
  • Nous avons fait des flexions, pour ramasser les cailloux et silex.
  • J’ai musclé mes abdos, en ratissant le sable pour niveler le tout.
  • Nous avons musclé nos abdos fessier, en nettoyant et vidant des cellules à grains.
  • Nous avons entretenu nos cerveaux, par du calcul mental : en vérifiant mille fois des côtes et mesures sur des plans et dans le bâtiment. En calculant des m3 de béton, en additionnant et soustrayant des marges de cultures inexistantes et honteuses. En tentant de comprendre les prix pratiqués en agriculture. En additionnant les ballots de foins. En mesurant notre stock de blé récolté : une cellule à grain étant un cylindre et sachant le poids du blé / hectolitre, de combien allons-nous tenir cette année ?)
  • Nous avons testé notre résistance…au manque de sommeil.
  • Nous avons pratiqué le Miracle Morning. Pour faire du foin de luzerne aux aurores pour ma part et mon homme bien sûr pour faire le pain (plus tôt que l’aurore).
  • J’ai testé les nuits sans sommeil, comme une transe digne d’un homme médecine dans la forêt amazonienne. Mais sans les champignons hallucinogènes.
  • Nous avons écouté de la musique. Beaucoup de musique : le grain qui craque sous la dent, le grain avalé par la machine, le grain qui monte en paquet dans la vis à grain, le grain déversé dans la remorque, le grain qui tombe en pluie dans la vis, comme une pluie d’été, le grain qui roule et crisse sur un tamis, une sorte de Jazz agricole.
  • J'ai testé l'agilité de mes mains en casant de la couture dans ce planning.
  • Et tout ça… c’est pas fini !

 

Aout a commencé de la même manière….

... profitez bien de la fin d’été !

Posté par LACHOUXFLEUR à 09:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,