Ça y est…les voilà grandes maintenant. Ces petites bichettes, après une ultime pesée pour vérifier leurs poids ont eu le droit de rencontrer messieurs les boucs en vue des saillies. Ces gaillards n’ont pas mis bien longtemps à comprendre le mécanisme de la chose.  Environ ¼ de seconde. Peut-être même moins.

 

Malaury et Mayonnaise... 2 jolies curieuses.

N’écoutant que leur instinct primaire, nous avons découvert les techniques surprenantes d’approches et de séduction de messieurs les boucs. Toutes un peu différentes dans le genre. L’un brutal, l’autre très doux avec elles. Les préliminaires caprins sont assez étonnants: léchage, postillonage incroyable, bruit pas possible de monstre ou juste tête posée doucement sur l'épaule.

Il faut vous avouer que certaines chèvres semblant un peu paniquées par les approches indélicates de Mister Freeze m’ont pincées le cœur. Mes grandes filles, si gentilles, supportaient ce grand gaillard bien déterminé à faire son affaire. 

Seules cinq petites chéries n’ont pas encore le droit de rencontrer le bouc. Encore trop petites, elles restent alors mes bébés pour quelques semaines de croissance.